L’idée que l’être humain est incarné entre la terre et le ciel est au coeur de la pensée orientale (Shintô, Taoïsme…). Loin d’être le centre de son propre monde, chaque individu est un pont qui relie la terre au ciel, et les lois qui s’expriment en lui sont en tout point identiques à celles qui traversent l’ensemble de l’univers. Animé autant par un corps que par un esprit, le chemin spirituel de l’être humain ne sera autre que la quête de cette verticalité. C’est en cherchant à laisser s’exprimer librement en nous ce lien entre la terre et le ciel, en ré-unifiant matière et esprit, que nous devenons libres d’évoluer sur les plans les plus subtils de notre existence.

Travailler le corps, le coeur et l’esprit

Le Torii, symbole de l'entrée dans le monde divin (Shintoïsme)

Dans son livre « Shiatsu fondamental Tome 3 », Michel Odoul résume fort justement cette intention qui traverse le vivant :

« Cette verticalité n’est ni un dû ni un état naturel. C’est une quête permanente, un état qui se conquiert, et même un devoir de chacun qui signe le respect envers cette humanité à laquelle il participe et dont il est issu »

Michel Odoul poursuit en détaillant les 3 tâches fondamentales qui permettent de conquérir cette verticalité:

  1. La « création du CORPS », qui s’obtient par le respect et l’hygiène envers soi-même.
  2. La « création du COEUR », qui s’obtient par la croissance psychologique et la prise de conscience de l’autre menant à la bienveillance.
  3. La « création de l’ESPRIT », qui s’obtient par le polissage de l’âme, la clarification des intentions et l’élévation de soi.

Je partage profondément cette pensée. Elle est au coeur de la pratique des arts martiaux et des arts du soin tels que l’Aïkido ou le Shiatsu. La technique a peu de valeur quand elle est privée d’une intention véritable, de cette conscience que derrière le geste il y a ce travail de la verticalité. En pratiquant l’Aïkido, en donnant ou en recevant le Shiatsu, nous cultivons la compréhension des forces profondes qui nous traversent. Nous cherchons à laisser agir les lois de la nature dans la plus grande liberté, faisant l’expérience de l’harmonie qui se dégage de la confiance envers ce qui est plus grand que nous.

Rétablir le lien entre terre et ciel

Le Torii, symbole de l'entrée dans le monde divin (Shintoïsme)

Je suis convaincu qu’une grande part des difficultés que nous rencontrons dans notre vie, qu’elles soient du domaine de la santé ou de l’esprit, provient de la rupture du lien entre la terre et le ciel.

En perdant notre connexion avec le subtil, l’invisible, limitant notre esprit à la sphère mentale, nous nous privons du ciel. Plus dommageable encore est la rupture que nous sommes capables d’imposer à notre corps. Lorsqu’il est méprisé ou relégué dans le champ de l’inconscience, c’est carrément le temple du ciel qui s’effondre, et notre lien avec la terre qui se rompt.

En prenant conscience de cette rupture, de la nécessité de nous comprendre comme un lien entre la terre et le ciel, de cultiver ce lien et de se laisser guider par le travail de la verticalité,  nous prenons définitivement le chemin d’une existence riche et profonde.

Le Torii, symbole de l'entrée dans le monde divin (Shintoïsme)

Related Post

Pin It on Pinterest

Share This