Les occasions de s’émerveiller du vivant ne manquent pas. Plus on observe la nature, plus on prend la mesure des forces prodigieuses qui l’animent dans son insatiable quête d’équilibre. Quant à notre corps, il suffit d’ouvrir légèrement son capot pour se rendre compte à quel point il est la plus formidable et la plus avancée des technologies, dépassant de loin toute création humaine.

A chaque instant, à chaque souffle, nos milliards de cellules produisent, échangent, recyclent, se régénèrent, combattent le déséquilibre et les agressions, le tout dans un esprit de totale interdépendance. Nous sommes biologiquement conçus pour la vie et la santé. Pour peu qu’on lui en laisse le champ libre, notre corps est tout-à-fait capable de prendre soin de lui !

La santé est notre état naturel !

Saviez-vous  que nous sommes tous potentiellement cancéreux ? Notre corps produit en permanence des millions de cellules cancéreuses, et si la plupart du temps nous ne tombons pas malade, c’est simplement que notre corps et son système immunitaire fonctionnent normalement en produisant des milliards de molécules anti-cancer. Que se passe-t-il lorsque vous vous blessez, en épluchant vos patates par exemple ? Le corps se guérit en quelques jours ! Et lorsque vous vous brisez un os ? Il se reconstruit, en se renforçant même ! Notre corps se recrée en permanence. En moins de 2 ans, la quasi totalité de nos cellules sont renouvelées.

Bien sur, nous pouvons soutenir notre corps dans sa guérison, en maintenant immobile le membre fracturé, en nous accordant du repos, ou en protégeant une plaie, mais c’est toujours de l’intérieur que la guérison s’opère. La plus efficace des techniques de soin s’adresse toujours à la partie vivante en nous, celle capable de combattre la maladie.

S’intéresser à soi.

Notre corps recèle donc d’immenses pouvoirs d’auto-guérison, et il n’hésitera pas à s’en servir… si on lui en donne les moyens ! Bien que notre métabolisme agisse dans l’ombre, sans vraiment requérir notre attention, il est profondément influencé par les relations que nous entretenons avec nous-même. Si la joie par exemple libère des endorphines et des hormones chargées de fonctions réparatrices, la colère ou l’anxiéte ralentissent la cicatrisation et abaissent nos défenses immunitaires.

Les liens entre le corps et l’esprit sont immenses, nous ne pouvons rester en bonne santé si nous les ignorons et restons le jouet de nos émotions et de nos pensées. Il en va de même pour ce qui est de la sagesse : il est impossible d’acquérir de la profondeur dans l’existence sans s’intéresser à soi. Loin de toute idée égotique, c’est au contraire en développant la connaissance de notre nature que nous devenons capables de nous guider vers le bonheur et de porter au monde les intentions, les paroles et les actions les plus lumineuses.

Il existe bien des manières de nuire à ce mouvement naturel qui nous porte vers la santé : stress, alimentation, environnement, sédentarité, surmenage, dysfonctionnements relationnels, incapacité à gérer ses émotions… autant de facteurs dont notre société est décidément bien friande. Leur point commun, c’est qu’ils résultent d’un manque d’attention envers soi-même. Car notre corps n’est pas avare en signaux d’alertes, et lorsque la maladie se déclare, c’est bien souvent parce que nous les avons maintes et maintes fois ignorés, étouffés, relégués au statut de dysfonctionnement.

Comment faire ?

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe un grand nombre de moyens de prendre soin de soi, et que chaque jour est une opportunité pour le corps de se guérir, de se reconstruire. Ces moyens sont simples, gratuits, efficaces, et parce qu’ils nous poussent à la rencontre de soi, ils nous font grandir en autonomie, en responsabilisation, en joie et en conscience !

Voici quelques points d’attention essentiels vous permettant d’honorer l’esprit de prévention cher à la pensée orientale. Ils sont autant de pistes et de portes ouvertes sur une amélioration durable de la qualité de votre existence. Imprimez-les et faites en sorte d’y revenir encore et encore !

 

 

Le sommeil est une fonction vitale. Nous ne pouvons pas plus nous priver de sommeil que de boire, manger ou respirer. Soyez réguliers, sentez venir l’énergie descendante du soir et réduisez votre activité à l’approche du moment d’aller dormir. N’hésitez pas également à pratiquer l’art de la sieste, voire de la micro-sieste !

 

Prenez vos repas au calme et dans le plaisir, buvez de l’eau de bonne qualité, privilégiez les aliments de bonne qualité, locaux et de saison. Mastiquez bien et prenez conscience de ce qui se passe en vous lorsque vous mangez : manger vous permet d’entretenir votre existence et de poursuivre vos objectifs ! Dans les moments difficiles, donner de l’air à votre corps : penser au jeûne !

Bien que nous respirions le plus souvent de manière inconsciente et limitée, la respiration participe aux fondements les plus intimes de la vie et est constamment affectée par nos pensées et nos émotions. Elle constitue aussi un formidable outil de santé, un levier de transformation puissant. En respirant correctement (par exemple en pratiquant la respiration abdominale), nous permettons au diaphragme de se détendre, de masser les organes internes, d’évacuer les émotions et les tensions, profitant ainsi du plein potentiel de l’air pour accroitre notre vitalité et la clarté de notre esprit !

Le corps, temple de l’esprit, a besoin de mouvement pour fonctionner correctement. Consacrez-lui un peu de temps chaque jour (5 minutes suffisent) : étirement (le makko-ho par exemple), auto-massages, yoga, chi-kung… à votre sauce, mais mettez-y aussi votre esprit ! Enracinez vos pieds dans le sol, et étirez-vous vers le ciel ! Habitez votre corps, sentez le respirer, soyez présent avec souplesse dans l’ici et le maintenant !

Notre corps aime recevoir de l’attention, et soyons clairs : la méditation est la forme de médecine la plus évoluée !
La plupart de temps, notre esprit est emporté dans un tourbillon de pensées qui accaparent notre attention vers le monde extérieur, le passé ou le futur, et perpétuent un certain nombre de dysfonctionnements et de tensions. Laissez couler ! Devenez observateur de votre mental, de vos émotions, de vos sensations. Pratiquez une forme de méditation, les bienfaits en seront innombrables : esprit calme et clair, corps détendu, développement de la conscience de la vraie nature des choses. N’oubliez pas : nous ne vivons  que des instants !

Apprenez de la nature et harmonisez vous avec ses cycles (jour-nuit, saisons…). Nous l’oublions volontiers, et pensons que nous pouvons la supplanter en intelligence, mais c’est la nature qui guide chacune de nos cellules et nous relie à l’ensemble de la création. En en prenant conscience et en la laissant agir librement en et autour de nous, la nature permet à la vie de croitre avec sagesse et intelligence.

 

 Le bonheur, c’est plus une question d’épure, de se délester de l’inutile, que d’accumulation. Cultivez la simplicité et la modestie, dans les rapports humains et vis-à-vis du monde matériel.

 

 Ne cessez jamais de vous poser ces questions : pourquoi mangez-vous et respirez-vous, que faites-vous de ce corps qui bouge, de ce cerveau qui pense, de l’énergie que vous absorbez jour après jour ? Cherchez une réponse en vous, particulièrement dans les moments difficiles. C’est en ouvrant son capot et en y braquant sa lumière qu’on trouve les réponses les plus satisfaisantes !

 

 Les traditions spirituelles sont nombreuses, et ses symboles d’une profondeur insondable. Je vous propose celui-ci : habitez-le, ressentez-le en vous et dans le monde qui vous entoure. Ses mots clés : impermanence, interdépendance, macrocosme-microcosme, harmonie, équilibre, dualité et complémentarité, relativité.

Related Post

Pin It on Pinterest

Share This