L’essence de ma pratique est basée sur la conscience que tout est relié. Rien n’existe de manière indépendante, contrairement à la perception ordinaire de la réalité organisée autour de la saisie d’un moi s’isolant de la totalité. Un moi qui est à tort perçu comme autonome. Il distingue, morcelle, oppose et désunit les personnes et les phénomènes du monde, générant attachement, aversion, haine, colère, frustration.

La torture de ces émotions négatives donne naissance à des illusions vécues comme des réalités. Elles sont causes de profondes souffrances et d’expériences déplaisantes, contaminées par l’auto-chérissement.

L’extrême dualité entre soi et le reste du monde détruit la paix naturelle de l’esprit des êtres. Elle est à l’origine de tous les conflits dont nous faisons l’expérience, à l’échelle individuelle et globale.

Phakyab Rinpoche

Dans : « La méditation m’a sauvé » – Editions Cherche Midi

Résumé éditeur

New York, avril 2003. Phakyab Rinpoché souffre de gangrène au pied droit et dans le service des survivants de la torture où il est hospitalisé, les médecins préconisent une amputation immédiate. Une voix intérieure lui intime de la refuser malgré son pronostic vital engagé et le Dalaï-lama l’encourage à chercher en lui-même la guérison.

Après avoir subi la torture dans son pays occupé, l’abbé tibétain Phakyab Rinpoché se réfugie à New York en avril 2003. Il est hospitalisé d’urgence pour une gangrène sévère au pied droit. Alors que les médecins préconisent une amputation immédiate, il reçoit du dalaï-lama ce message : « Pourquoi cherches-tu la guérison à l’extérieur de toi ? Tu as en toi la sagesse qui guérit et une fois guéri tu enseigneras au monde comment guérir. »

Dans un petit studio de Brooklyn, Rinpoché médite pendant trois ans sur l’amour inconditionnel et les yogas secrets de l’énergie interne dont il reçut l’initiation à 16 ans. Il repousse l’infection et reconstruit les os de sa cheville, ce que seule une greffe osseuse permet normalement. Le docteur Lionel Coudron, après étude du dossier médical, qualifie cette double guérison de « phénomène d’une puissance exceptionnelle ». Ce livre est une contribution remarquable au débat sur les neurosciences contemplatives. Dans un récit passionnant, Sofia Stril-Rever nous fait vivre cette expérience singulière et universelle d’éveil à la nature aimante et lumineuse de l’esprit.

Related Post

Pin It on Pinterest

Share This