Chers lecteurs,

 

L’intention de ces articles est de vous partager les réflexions qui accompagnent mon quotidien et ma soif pour la connaissance de soi. Les mots que vous trouverez ici s’enracinent dans des traditions et des sagesses millénaires (Bouddhisme et Taoïsme principalement), mais ils reflètent des opinions personnelles à prendre à la fois avec ouverture et esprit critique. Comme Bouddha le disait : soyez votre propre lumière ! Des paroles qui invitent chacun à chercher son propre chemin, à rejeter toute doctrine pré-établie au profit d’une expérience directe des choses et d’une validation personnelle de ce qui lui est inspiré.

J’espère sincèrement que ces moments de lecture trouveront en vous un écho bénéfique, dans le plus grand intérêt lumineux du monde que nous partageons.

Nicolas Poloczek

La terre est ma demeure.

Nos deux mains. Un jour, j’ai essayé d'accrocher un tableau au mur. Ma main gauche tenait un clou et ma main droite le marteau. Ce jour-là, je n'étais pas vraiment en pleine conscience et, au lieu de frapper sur le clou, j'ai donné un coup de marteau sur mon doigt. Ma...

Le corps est le temple de l’esprit.

Il est facile de remarquer le peu de véritable estime accordée au corps dans nos sociétés modernes. Tour-à-tour maquillé, ignoré, méprisé ou réduit au silence, notre corps n’est bien souvent au fond qu’un mystérieux paquebot errant à la périphérie de nos...

Nous sommes là pour faire se rejoindre deux mondes séparés.

Union de l’intérieur avec l’extérieur, intériorisation de l’extérieur, sont les deux points vers lesquels les êtres humains progressent dans leur évolution. Divination signifie intériorisation, tel est le but et le sens de la vie. L’univers est un terrain qui appelle...

Jeunes pousses, 3ème oeil et Yintang, d’après Alice, 9 ans.

Alice a 9 ans. C’est elle qui me masse à la maison, et elle apprend un peu le Shiastu avec moi. Elle aime prendre soin du monde, est capable de voir des lutins, et a naturellement les mains et l’intention qui conviennent pour toucher la vie. C’est elle qui a réalisé...

Tout ce qui nous limite, nous devons l’éliminer (Jonathan Livingstone le goéland)

Prenez donc une heure ou deux pour relire Jonathan Livingstone le Goéland ! Légère et d’une beauté simple, l’oeuvre de Richard Bach expose avec transparence l’histoire de toutes les sagesses : la peur, le doute, l’exclusion, l’irrésistible appel du coeur et l’infinie...

La terre est ma demeure.

La vie est notre vraie demeure.

Votre vraie demeure est un espace que vous devez créer pour vous-même. Quand nous savons nous réconcilier avec notre corps, prendre soin de notre corps et relâcher les tensions de notre corps, alors notre corps devient une demeure confortable et paisible où nous pouvons revenir dans l’instant présent. Quand nous savons comment prendre soin de nos sentiments, quand nous sommes capables de générer la joie et le bonheur et d’embrasser un sentiment douloureux, nous pouvons créer et retrouver un foyer heureux dans l’instant présent. Et quand nous savons générer les énergies de compréhension de compassion, notre demeure pour devenir un lieu très confortable, très agréable, où nous pouvons prendre refuge. Mais si nous n’en sommes pas capables, nous ne voudrons par rentrer à la maison. Avoir un chez soi n’est pas quelque chose à espérer, mais à cultiver ; la demeure est le chemin.

Thich Nhat Hanh

Le corps est le temple de l’esprit.

Il est facile de remarquer le peu de véritable estime accordé au corps dans nos sociétés modernes. Tour-à-tour maquillé, ignoré, méprisé ou réduit au silence, notre corps n’est bien souvent au fond qu’un mystérieux paquebot errant à la périphérie de nos préoccupations. Absorbés par les lumières de la pensée comme des capitaines ivres, nous ignorons à quel point notre véhicule terrestre est le fruit de l’immense sagesse de la nature. Plus qu’une maison, notre corps est un temple, et le lieu de transformation que nous sommes si nombreux à rechercher à l’extérieur.   

Nous sommes là pour faire se rejoindre deux mondes séparés.

Si notre vie intérieure n’est pas juste, nous répandons dans le monde de mauvais germes de fécondation. La conséquence en est que des avortons viennent au monde. Ce sont des choses qui encerclent notre culture d’entités spirituelles non viables, qui ne devraient pas naître, et ne seraient pas nées si les hommes avaient la patience appropriée. La patience, qui fait que l’âme humaine s’abstient d’exprimer à tort et à travers ce qui ne ressort que de l’ambition et de l’égoïsme.

Jeunes pousses, 3ème oeil et Yintang, d’après Alice, 9 ans.

Alice a 9 ans. C’est elle qui me masse à la maison, et elle apprend un peu le Shiastu avec moi. Elle aime prendre soin du monde, est capable de voir des lutins, et a déjà naturellement les mains et l’intention qui conviennent pour toucher la vie. C’est elle qui a réalisé ce dessin. Voici ce qu’elle dit de Yintang, le hall du sceau de l’empereur…

Ouvre ta main et tu posséderas le monde.

Ils sont nombreux les enfants qui ignorent tout des difficultés de la vie. En les ménageant, on ne les aide pas. Et même s’ils apprennent la théories sur les bancs des institutions, ce n’est pas là qu’ils deviendront autonomes mais en se frottant aux réalités, en...

Relâcher la tension.

Il est indispensable d’apprendre à relâcher les tensions afin d’améliorer la circulation du Ki et d’obtenir un équilibre dans les processus fondamentaux du corps. La tension dénote une condition contractée ou serrée. Si la tension est un état normal en réponse à...

Recette de bain detox : relaxation et évacuation !

Quel délice que de plonger dans un bain bien chaud ! Si la relaxation est toujours au rendez-vous, c’est aussi l’occasion d’exploiter les vertus thérapeutiques de l’eau. Je vous propose ici une recette simple pour donner au corps l’occasion d’évacuer ses déchets et de...

L’argent est-il un engrais ?

Je tombe sur cette image aujourd'hui, en cherchant le mot "économie" : une main, d'une pièce dorée, nourrit la pousse d'une plante fragile.  Étonnante cette idée de lier argent et engrais, économie de croissance et nature. C’est évidemment très porteur, mais on ne...

Les mains du miracle.

" Et voici Kersten, une fois de plus, dans le bureau de Himmler où il pourrait se déplacer en aveugle, tellement il en connait les meubles et les objets. Et une fois de plus, voici le Reichsführer étendu sur son divan, à demi nu, qui abandonne en toute confiance, en...

Epouser l’énergie de l’hiver.

Loin d’être la saison morne et douloureuse commune à bien des esprits, l’hiver, en nous invitant au silence, à la modération et au repos, nous pousse à laisser mûrir l’âtre de notre existence pour qu’au prochain printemps germent de nouvelles idées comme autant d’étincelles soufflées du ventre profond de l’intériorité.

L’origine de tous les conflits.

L’essence de ma pratique est basée sur la conscience que tout est relié. Rien n’existe de manière indépendante, contrairement à la perception ordinaire de la réalité organisée autour de la saisie d’un moi s’isolant de la totalité. Un moi qui est à tort perçu comme...

Qui suis-je ?

Une des questions les plus importantes qu’un être humain puisse se poser est certainement : « qui suis-je ? ». Si certains ne se la poseront jamais et se tiendront même soigneusement à l’écart de tout risque de voir émerger la moindre nuance d’un questionnement sur...

Il faut toujours être ivre.

Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi?  De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais...

Les gestes régénérateurs.

J'ai rencontré à plusieurs occasions des personnes capables d'actes de guérison remarquables. Ce qui m'a frappé à chaque fois, c'est que ces personnes étaient fermement ancrées dans leurs corps et esprit, qu’elles étaient capables de se relier profondément à l’autre...

Le caractère naturel apparait lorsqu’on se clarifie.

Tout le monde a le cancer. Si vous refusez la vie ou n’êtes pas clair, ou insensible, s’il n’y a ni élimination ni changement, le cancer peut se développer. Le Seiki n’a pas pour objectif de guérir, mais d’embrasser la vie et d’être vivant, même quand vous êtes...

Le Sickness Behavior.

" Lorsqu’une personne contracte une infection, elle perd l’appétit, se sent fatiguée et démotivée, et se replie sur elle-même. Jusqu’à récemment, les spécialistes pensaient que cet état résultait de la maladie, qui « pompe » l’énergie du corps. On sait désormais qu’il...

Diagnostic : vous manquez d’espace !

Il me revient souvent à l’esprit cette conviction que nous manquons profondément d’espace dans nos vies. Le quotidien du XXIème siècle ressemble à une machine fumante et boulimique dont les freins n’en finissent plus de s’émousser à force de penser pouvoir endiguer un flot grandissant de stimulations. Avons-nous à ce point peur du vide, du silence, de l’immobilité, de la solitude, de ne pas être, que nous remplissons nos vies de faire, avec souvent, il faut le dire, un ingénieux talent pour la futilité ?
En privant nos corps et nos esprits de repos et de vide, en brûlant le temps, l’air et l’espace, parfois jusqu’au burn-out, nous nous privons de l’indispensable processus de digestion de nos expériences. Surtout, nous coupons le lien avec notre intériorité, terreau d’une vie consistante et créative.

Sans le soleil je me tais.

Leçon d’interdépendance : Fermez les yeux. Ou bien mieux encore, ouvrez-les en grand et regardez bien droit la vie autour : une maison, des collègues, un enfant, un jardin, un chat, un arbre ou un oiseau. Puis, éteignez le soleil et ressentez son absence. Vous...

S’arrêter et observer la nature.

L’observation du vivant constitue un des fondements de la pensée orientale, du taoïsme et de la Médecine Chinoise en particulier. En Asie, comprendre le fonctionnement de la vie et la place de l’être humain dans l’univers a fait l’objet d’un long processus continu, porté tant par la pensée que par le ressenti. Cette continuité, unie a un attrait naturel pour la vie spirituelle et la connaissance de soi, est précieuse dans l’histoire de l’humanité, car elle a permit de creuser avec une profondeur inégalée l’expérience des mécanismes et du sens de l’existence.

Le baromètre intérieur.

Qu’il soit manifeste ou enfoui sous un épais brouillard d’inconscience, nous possédons tous un précieux baromètre intérieur capable de nous aiguiller quant à la manière dont il convient de se diriger dans l’existence. Il y a au fond de chacun la source vibrante d’une sagesse universelle commune, qui fait que nous savons pertinemment ce qui est juste ou pas, comme par exemple si nous avons travaillé le champ de la vie avec soin ou avec mépris.

Manger et dire merci.

Le plaisir de manger une pizza bien faite : à la main, croquante et savoureuse, avec de bons ingrédients et un tour de main qui caressent le palais ! Et puis, le plaisir de partager le repas en discutant de tout et de rien, du quotidien ou du sel de l’existence. Et...

Comment prendre soin de soi ?

Les occasions de s’émerveiller du vivant ne manquent pas. Plus on observe la nature, plus on prend la mesure des forces prodigieuses qui l’animent dans son insatiable quête d’équilibre. Quant à notre corps, il suffit d’ouvrir légèrement son capot pour se rendre compte à quel point il est la plus formidable et la plus avancée des technologies, dépassant de loin toute création humaine.

A chaque instant, à chaque souffle, nos milliards de cellules produisent, échangent, recyclent, se régénèrent, combattent le déséquilibre et les agressions, le tout dans un esprit de totale interdépendance. Nous sommes biologiquement conçus pour la vie et la santé. Pour peu qu’on lui en laisse le champ libre, notre corps est tout-à-fait capable de prendre soin de lui !

L’être humain est par essence tendu vers la joie.

Pour Spinoza, physique et mental, corps, esprit et émotions ne sont qu’un. Dieu est aussi Nature, et l’être humain est par essence tendu vers la quête du bonheur. Il poursuit la joie, la sienne mais aussi celle des autres, dans une conscience de l’interdépendance qui...

On ne peut pas se fuir à soi-même.

Entrer en soi, c’est cesser de fuir ce que nous sommes et ce qu’est véritablement l’existence… un chemin difficile, mais semé d’une joie véritable et d’une vérité grandissante.

L’art intuitif de courtiser la nature.

C’est en comprenant qu’il s’agit de laisser mûrir les lois qui animent le vivant que l’être humain chemine avec la plus grande profondeur. La santé est au coeur de la nature, et la vie ne nous demande rien de plus que de nous laisser traverser, de nous dépouiller du...

Apprendre, c’est se souvenir.

Pour Platon, le véritable savoir, la connaissance de l’universel, c’est se souvenir d’un état ancien, avant que notre âme ne s’incarne dans un corps. Apprendre ne dépend donc pas d’une source extérieure, mais de la volonté de renouer avec ce savoir en soi. Décidément,...

Le Makko-Ho : 6 minutes pour cultiver sa santé au quotidien !

L’idée de prévention est au coeur de tous les grands systèmes traditionnels de santé. Nous l’avons beaucoup oublié aujourd’hui, mais quoi de mieux pour éviter la maladie que de cultiver la santé ? On ne commence pas à creuser un puits lorsque la soif se fait sentir, n’est-ce pas ? Ou, pour utiliser une métaphore de notre système immunitaire, on ne prépare pas l’armée lorsque la guerre est déclarée ! Ainsi, le meilleur moyen de promouvoir la qualité de notre existence sur tous les plans, c’est de s’intéresser à ce que nous sommes, et à ce que sont véritablement nos besoins !

La quête de verticalité.

L’idée que l’être humain est incarné entre la terre et le ciel est une idée maîtresse de la pensée orientale (Shintô, Taoïsme…). Loin d’être le centre de son propre monde, un frein tenace à toute évolution profonde auquel nous nous accrochons pourtant terriblement, il est le pont entre l’un et l’autre, et les lois qui s’expriment en lui sont absolument identiques à celles qui traversent l’ensemble de l’univers. Animé autant par un corps que par un esprit, son chemin spirituel ne sera autre que la quête de la verticalité. C’est en cherchant à laisser s’exprimer librement en lui ce lien entre la terre et le ciel, en ré-unifiant matière et esprit, qu’il sera libre d’évoluer dans les plans les plus subtils de son existence.

L’intention thérapeutique.

Détendre des dos stressés ou un diaphragme, stimuler le transit ou améliorer des nuits difficiles sont des objectifs tout à fait louables et font partie du travail thérapeutique, mais ce n’est pas là l’intention profonde du Shiatsu (et de tant d’autres médecines naturelles). Car en se limitant à traiter des symptômes, on reste à la surface du problème et on limite les effets du soin dans le temps. Comment peut-il en être autrement ? En laissant les mêmes causes se perpétuer, on obtient les mêmes conséquences !

Pin It on Pinterest

Share This