– 2006 –

 » Le moine supérieur du monastère* dans lequel je vis est tellement vénéré par la population qu’il reçoit beaucoup d’argent, mais il a une cabane comme moi, de 2 mètres sur 3. (…) Il n’utilise rien pour lui non plus. (…) Il finance plein de projets sociaux, des écoles, des hôpitaux… Tout cet argent est recyclé à la population. (…) Cette générosité qui est motivée par le respect des moines, du bouddhisme. Elle n’est pas imposée par peur du bon Dieu ou je ne sais pas, c’est la conséquence de la compréhension de la population de comment c’est difficile d’être moine, de limiter ses désirs, de faire ces progrès spirituels intérieurs… et aussi la reconnaissance, parce que ces pouvoirs que les moines ont, non pas des pouvoirs mystiques, mais de se concentrer, de comprendre les problèmes très profondément, ce pouvoir, les moines le distribuent gratuitement à la population en retour, dans l’enseignement et dans le contact presque quotidien. Les personnes trouvent beaucoup d’inspiration dans les conseils des moines. (…) C’est un service social qui est beaucoup plus large que dans d’autres types de sociétés non bouddhistes. J’ai eu des personnes qui pensaient que les moines bouddhistes sont les parasites de la société, mais non. Evidemment, on fait le travail intérieur pour soi, mais on le distribue pour le bien-être et le bonheur d’autres personnes autour, et ce sont les personnes qui jugent si ça leur apporte ou pas. Et le résultat de leur jugement, c’est leur générosité. « 

* Il s’agit de Luangta Maha Bua (lien wiki)

Résumé

J’ai 3 robes, une sacoche, une couverture, un essuie… mais je n’ai pas d’autres vêtements – on les coud nous-mêmes – je n’utilise pas d’argent – je vis par la donation – importance du support populaire – quelques revenus de mon ancien travail – pour moi, j’utilise moins de 100€ par an – le moine supérieur de mon monastère reçoit beaucoup d’argent – l’argent est recyclé dans des projets sociaux, à la population – une générosité motivée par le respect – le pouvoir de concentration, de comprendre des problèmes très profonds, est distribué gratuitement à la population en retour – un service social large – certains pensent que les moines sont des parasites de la société – on fait le travail intérieur pour soi, mais on le distribue pour le bien-être des autres autour.

Pin It on Pinterest

Share This