– 2006 –

17/ Le rythme de la journée.

Lever tôt - repas - organisation de la journée - fratrie de moines

« A près une bénédiction dite par le moine le plus ancien, on mange. Tout est mélangé dans le bol… oui, un gâteau au chocolat avec une sardine à la sauce tomate en guise de cerise sur le gâteau ! On mange avec notre main aussi. On pourrait aussi se demander pourquoi… on pourrait avoir des assiettes, des couteaux… Cette règle, comme les autres, est logique, pour nous aider dans la pratique, ne pas donner de l’importance à la présentation de la nourriture, aux différents goûts, aux différentes envies de manger ça ou ça… tout ça c’est la culture du plaisir très immédiat de la bouche. Nous on considère que la nourriture, c’est pour rester en vie, puis point. C’est pas important ce qu’on mange si c’est suffisant pour rester en bonne santé. Il y a plein de fruits et de légumes. On mange assez vite, dans le silence le plus total. On ne commente pas la nourriture. Après un quart d’heure, on lave son bol et on est quitte pour la journée avec les problèmes d’estomac !

Résumé

Je me lève tôt, vers 4, 5 heures – je vais à la salla (salle commune), on se prépare, puis on part tous ensemble au village dès que le jour se lève – les gens nous attendent et nous donnent de la nourriture dans notre bol – on a beaucoup – après une bénédiction, on mange – toute la nourriture est dans un seul bol et on mange avec nos mains – on pourrait avoir des assiettes, des couteaux, mais ces règles sont logiques pour nous aider dans la pratique, pour ne pas donner de l’importance à la culture du plaisir de la bouche – on mange dans le silence, une fois par jour – c’est amplement suffisant, il y a des moines de 90 ans en parfaite santé – dans le monastère dans lequel je suis, l’accent est mis sur la pratique de la méditation, il n’y a pas beaucoup de contraintes d’autres activités organisées – vers 13h, il y a un endroit où on peut avoir une boisson chaude ou froide – moi j’aime bien le thé – vers 15h, on balaye les environs de sa kuti (cabane) – on polit le plancher de la salla ensemble – après, chacun reste dans sa cabane – si on a besoin de conseils auprès de quelqu’un, on va le trouver – il y a parfois des petits travaux de construction, d’entretien… sur base volontaire – c’est une grande fratrie – si quelqu’un a besoin de quoi que ce soit, les autres se débrouillent pour l’aider – je parle assez le thaïlandais pour communiquer.

8 clés essentielles pour mieux prendre soin de soi !

Recevez un pdf gratuit avec 8 clés essentielles pour développer joie, santé et conscience au quotidien !

En vous inscrivant, vous recevevrez aussi quelques nouvelles de temps en temps, avec modération et conscience.

Bien reçu !

Pin It on Pinterest

Share This